Laboratoires de thÉorie et d'histoire LTH1 - LTH2


Recherche FNSRS aux LTH

Habiter la ville ouverte : nouvelle actualité de la villa urbaine

LTH2 Subside n° 100012-113732 du FNSRS. Durée: 24 mois (01.11.2006-31.10.2008).

Recherche sur la résurgence d’une forme particulière d’habitat collectif, avec pour thèmes centraux et connexes l’individualisation typologique, le détachement morphologique et les différentes formes d’urbanité pouvant en découler.


Groupe de travail: Bruno Marchand, professeur, Martin Steinmann, professeur, Didier Challand, assistant

Résumé:

Recherches FNSRS - Ltha EpflUne maison haute de trois ou quatre étages, orientée sur quatre côtés, dotée d’une cage d’escalier distribuant un ou deux logements par palier : ce type d’habitat collectif fait l’objet depuis quelques années, en Suisse alémanique d’abord, d’une passionnante réactualisation  architecturale (1) . Dans la recherche devenue incontournable de nouvelles formes de densité applicables aux quartiers suburbains - anciens ou contemporains - la rencontre du détachement morphologique et de l’individualisation typologique présente l’avantage d’une solution ouverte, faisant la part belle à l’idée de nature et procédant d’une échelle domestique intermédiaire, à mi-chemin de la maison individuelle et de l’immeuble.

Autour de 1900, le type de la villa locative entourée d’un jardin, alliant logique de rapport et agréments de l’individualisme bourgeois, se taille déjà une place de choix, quoique discrète, dans la marge verte des villes en expansion. Il tend à se raréfier durant l’entre-deux guerres (2) , avant de connaître un retour significatif à la fin des années 1970, dans le contexte particulier de Berlin-Ouest en proie à l’exode démographique. Sous la désignation de villa urbaine, il est alors mis en exergue par trois architectes (3) qui, dans un manifeste éponyme, explorent des alternatives à l’anonymat de l’habitat collectif et prônentun urbanisme par insertion ponctuelle dans les tissus existants.

La réactualisation du type est amorcée. Sa formulation évolue dès lors sensiblement, des premières réalisations fort empreintes de grammaire architecturale post-moderne, aux plus récentes, caractérisées par un raffinement spatial et un confort domestique accrus. Du point de vue morphologique, l’intérêt majeur semble aujourd’hui porter sur la possible intensification de l’espace ouvert généré par la forme urbaine ponctuelle des villas urbaines, avec des inflexions oscillant entre fluidité paysagère et mise en tension collective.

Partant, la recherche a pour objectif d’établir un corpus représentatif de différentes urbanités observables et de mener une réflexion de fond sur la relation dialectique complexe entre référentiel urbain, espaces extérieurs et espaces domestiques de cette forme particulière d’habitat collectif. Les moments-clés de sa résurgence contemporaine et de sa première actualité autour de 1900 occupent une place prépondérante dans l’étude, avec pour objet des réalisations confinées au territoire suisse. Entre ces deux volets d’analyse synchronique, les notions d’ouverture morphologique et de rayonnement typologique sont questionnées au travers d’une lecture diachronique, situant l’histoire mouvante de leur confluence dans une perspective temporelle et géographique élargie.


1) Voir Martin Steinmann, «Sinnliche Dichte - Die neue Bedeutung eines alten Haustyps», Werk, Bauen + Wohnen, n° 10, 2002, pp. 10-19.

2) A l’exception majeure de la palazzina romaine, qui se multiplie jusque dans les années 1970.

3) Oswald Matthias Ungers, Hans Kollhoff, Arthur Ovaska, The Urban Villa - A Multi Family Dwelling Type, Cornell Summer Academy 1977, Berlin, Cologne, 1977.

Domaines d'activité de l'AIC

  • Théorie critique architecturale et urbaine
  • Formation spatiale dans l'architecture contemporaine
  • Typologie d'édifices publics
  • Ville et territoire urbanisé et développement durable
  • Structure d'accueil et développement durable
  •  
  •  

Contacts

Laboratoire de théorie et d'histoire 1 - LTH1

BP 4145 (Bâtiment BP)
Station 16
CH-1005 Lausanne

Professeur
: Jacques Lucan
Secrétariat :
Pascale Luck - Tél. 021 693 93 43


Laboratoire de théorie et d'histoire 2 - LTH2
BP 4145 (Bâtiment BP)
Station 16
CH-1005 Lausanne

Professeur : Bruno Marchand
Secrétariat :
Catherine Gonin
- Tél. 021 693 32 13